ActuLivres

Interview : Mr Tan nous livre les secrets de Mortelle Adèle

Antoine Dole alias Mr Tan, le créateur de Mortelle Adèle, l’héroïne des 9 – 12 ans et de ses près deux millions de lecteurs, l’inventeur des pires bêtises de la Terre nous livre quelques-uns de ses secrets de fabrication. Alors que le 3èmeépisode d’Ajax son chat est sorti il y a quelques semaines, Mortelle Adèle revient pour un 16èmeopus intitulé « Jurassic Mamie » dans quelques jours. Et c’est trop mortel !

D’où vient votre pseudo ?

« Depuis 2008, j’écris des romans pour adultes et en 2011, on m’a proposé d’écrire une bande-dessinée et j’ai voulu prendre un pseudo pour que mes lecteurs ne pensent pas qu’ils allaient trouver la même chose dans les romans et les bandes dessinées. Mon pseudo est Mr Tan parce que ses neveux et nièces n’arrivaient pas à prononcer Antoine et ils prononçaient Tan. »

A quel âge avez-vous commencé à dessiner et écrire ?

« Ca m’a toujours intéressé d’exprimer des choses à travers des médias différents. Quand j’étais petit, je tenais un journal intime où j’écrivais tout ce que j’avais dans la tête. J’écrivais ce qu’il se passait à la maison, à l’école, les rêves que j’avais fait.  On écrit tout ce que l’on a dans la tête. Comme j’avais du temps, je dessinais pour illustrer ce journal et que j’ai eu envie de faire ce métier. »

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire votre métier ?

« J’avais 6/7 ans quand j’ai eu le déclic. A l’époque je vivais à Chambéry, mes parents étaient commerçants et je passais beaucoup de temps dans l’arrière-boutique de leur magasin à attendre qu’ils aient fini de travailler. Dans cette pièce, il n’y avait pas de télé, pas de console, il n’y avait rien. Je faisais croire à mes parents que je faisais mes devoirs, je m’étais à écrire des choses sur des feuilles de papier et je dessinais. Je les découpais, je les scotchais et je fabriquais déjà de tous petits livres. Ensuite je les offrais à mes parents et je voyais qu’ils se détendaient, ils rigolaient. Et c’est là que j’ai compris que le livre est un objet magique qui provoque plein d’émotions et vous faire voyager dans d’autres univers. Je rêvais d’être un super héros mais je n’avais pas de supers pouvoirs. Mon pouvoir, ça serait l’imagination. »


Quelle a été votre première BD ?

« La première histoire que j’ai publié était un roman pour les grands dans un univers un peu sombre. Et ma première bande dessinée, c’était en 2012 avec Mortelle Adèle, et un but complètement différent : faire rire les enfants. Une belle aventure a commencé avec Mortelle Adèle. Au début, je croyais que j’allais faire un ou deux tomes alors que le tome 16 sort dans quelques jours. »

D’où vient votre inspiration pour créer autant de personnages ?

« L’inspiration vient de plein de choses. J’ai créé le personnage de Mortelle Adèle à 14 ans. J’étais à l’école et je n’écoutais pas toujours ce qu’il se passait en classe et je dessinais beaucoup sur mes cahiers. J’ai inventé Mortelle Adèle car j’étais un garçon plutôt timide, je n’osais pas trop parler aux autres et rentrer dans les discussions. Alors quand j’avais quelque chose à dire à quelqu’un, je dessinais Mortelle Adèle et je lui faisais dire ce que je n’osais pas dire. Par exemple, un copain d’école qui arrivait sans avoir mis de déodorant, je dessinais Mortelle Adèle et elle disait « tu pues ! » et je lui donnais mon dessin. C’est pour ça qu’aujourd’hui, elle a toujours un caractère très franc et qu’elle dit les choses sans prendre de pincettes. Je l’ai construite en opposition à ma timidité à moi. Et les autres personnages sont créés grâce à ce qu’on vit : certains vont nous donner du courage, d’autres vont nous aider à surmonter des peurs, des situations difficiles. Si les personnages combattent des supers méchants, moi aussi, je peux tout affronter dans la vie. »

Pourquoi avoir voulu faire une bande dessinée avec Mortelle Adèle ?

« Au départ, à 14 ans, je ne pensais pas qu’elle allait pouvoir devenir une bande-dessinée et intéresser d’autres personnes. C’était vraiment un personnage que j’avais créé pour mes amis et frères et sœurs. Et puis quand on m’a proposé d’en faire une BD, j’ai trouvé que c’était pas mal. Ca pouvait permettre 2 choses : dire aux petites filles qu’elles ont le droit de devenir présidente de la galaxie, de fabriquer un zombie, de faire des choses incroyables. Une BD différente de celles qui existaient il y a 6 ans et qui disaient aux petites filles d’aimer le rose, les paillettes et la danse… une BD bien différente. Et pour montrer aux garçons que l’on peut aussi avoir une fille comme héroïne. Une bonne façon d’apprendre aux enfants que les hommes et les femmes sont égaux.

Pourquoi avoir appelé votre personnage Mortelle Adèle ?

« Déjà j’aime le prénom ancien Adèle. La chanteuse l’a remis au goût du jour. Ca dit quelque chose de ce personnage qui est un peu en dehors des modes, des époques. Ce prénom était cohérent avec le personnage. Et Mortelle, parce que c’est un mot que j’emploie tout le temps. Et puis, Mortelle a un double sens. Ca veut dire terrible, mourir et aussi super cool. Ca correspondait bien à ce personnage à la fois horrible et super attachant. »

Pourquoi fait-elle autant de bêtises ?

« Ça ne serait ennuyeux une petite fille sage à son bureau à faire ses devoirs, à écouter ses parents, vous n’auriez pas aimé. C’est plus dynamique. Dans la vie, parfois, même s’il faut écouter ses parents, parfois c’est bien de désobéir un peu pour créer de grandes choses. Par tome, il y a à peu près 70 idées de bêtises et d’illustrations. Elles sont inspirées de bêtises que j’ai faites, d’autres que j’aurais aimé faire et que mes neveux et nièces font encore aujourd’hui. Pour les bêtises, on ne manque jamais d’idées. »

Pourquoi est-elle si méchante avec Ajax, son chat ?

« Déjà Ajax est fabriqué à 90% de chamallows donc il est indestructible. Il ne souffre pas, il rebondit sur les murs, il ne peut pas prendre feu. Ajax est toujours en pleine forme. Elle est méchante avec lui car ses parents lui ont fait croire que c’était un bébé lion. Mais comme il ne grandit pas, elle veut se venger de ça. »

Quelles sont vos actus ?

« Le Tome 3 d’Ajax vient juste de sortir ainsi que sa peluche. Et le Tome 16 de Mortelle Adèle sort le 22 mai, qui s’appelle « Jurassic Mamie » où on va parler de sa grand-mère. Je viens de sortir aussi un manga pour les ados, les plus grands. Et après un voyage au Japon, je travaille sur un prochain tome de Mortelle Adèle qui va sortir en novembre 2019, très différent des précédents. Il n’y aura plus 1 gag, 1 page mais ça sera une histoire complète, une vraie histoire de 120 pages. »

D’où vient votre succès ?

« Mon succès ? Parce que je suis Mortel ! Le succès, on ne peut pas savoir d’où il vient. C’est un peu magique, le succès vient de vous, il vient des lecteurs, de tous les gens qui ont fait une place à Mortelle Adèle dans leur quotidien et dans leur vie. Aujourd’hui, on s’approche des 2 millions de lecteurs, c’est énorme. On a beaucoup de chance de vivre ça avec un personnage aussi étrange, qui dit aux enfants qu’ils ont le droit d’être bizarres. Les enfants avaient peut-être besoin d’entendre ça. Ils en avaient peut-être marre qu’on leur dise constamment ce qu’ils devaient faire et ne pas faire. Même en étant bizarre, on peut accomplir plein de choses dans la vie. Ca leur a fait du bien. »

Menu