Apprenez-leur l’histoire de l’accessoire culte : les sneakers

Aujourd’hui, qui n’a pas dans son placard une paire de sneakers ? Elégantes, sportives, glamour, stylées, les baskets sont devenues au fil des années un objet culte, un accessoire de mode incontournable et même intergénérationelle ! Résumé d’une belle « success story ».

Conçues pour courir les terrains de sport

Spring Court, Puma, Asics, New Balance, Converse ou encore Adidas, toutes ses marques, reconnues internationalement aujourd’hui, ont vu le jour avant 1950. Leurs premiers modèles de baskets étaient destinés à servir un sport comme la course à pied, le tennis ou le basket. A cette époque, seuls les sportifs portaient des baskets.

 

A l’image du hip-hop américain

A New-York dans les années 70, dans le Bronx, les jeunes découvrent un nouveau mouvement culturel : le hip-hop. C’est le temps des graffitis, du rap et du nouvelle forme de danse : le breakdance. Ils s’entrainent dans la rue. Ils ont alors besoin de chaussures où ils se sentent bien pour pratiquer cette danse et les figures acrobatiques qu’elle impose. Les baskets propres, neuves, deviennent l’indispensable de la tenue du breakdanceur et même presque sa marque de fabrique.

 

Démocratisées grâce à une chanson

Oui, une chanson ! Et c’est le groupe culte du début des années 80, Run DMC, qui est à l’origine de ce mouvement. Ce groupe de rappeurs refuse la tenue de scène que veut leur imposer leur manager. Pour protester et surtout prendre en main leur image médiatique, ils arrivent sur scène habillés comme dans la rue avec des jeans baggy, portés très bas sur les fesses et surtout les baskets avec lesquelles ils dansent dans la rue : des Adidas. Ce style ne plait pas à tout le monde mais pour s’affirmer, Run DMC lance le tube « My Adidas » et là, c’est la révolution… et le début du streetwear. Les jeunes imitent leur look et surtout portent désormais des baskets dans toutes ses circonstances.

 

Au delà des frontières US

La marque Nike cherche un moyen aussi de se lancer dans le street wear. Michael Jordan est choisi pour être sponsorisé de la tête aux pieds par la marque. Le basketteur affiche son propre modèle de baskets : la Nike Air Jordan noir et rouge devient culte, tant et si bien qu’au fil du temps, cette basket devient même un objet de collection. C’est encore aujourd’hui le modèle de basket le plus vendu de l’histoire. Les filles voient alors apparaitre des collections femme, les sportifs sont sponsorisés par les plus grandes marques.

Aujourd’hui, les baskets se fondent littéralement dans la mode grâce à des partenariats inédits avec des chanteurs comme Pharrel Williams et la Supercolor d’Adidas au printemps dernier, mais aussi des collaborations avec des créateurs de mode reconnus ou d’autres qui lancent leur propre modèle comme Kenzo, Isabel Marant, Lanvin, Saint Laurent, Fendi, etc.

A vous de choisir quel modèle fera chavirer votre ado et surtout adoptez-vous vous aussi la « sneaker attitude » !

Par Sophie Perrot

 

Photo présentée : Minna Parikka 247 € chez SPARTOO.

Article précédent
Préparez la déco de Noël avec eux
Article suivant
Mettez-leur ‘La tête dans les étoiles’ pour Noël

Articles liés

Aucun résultat.

Aujourd’hui, qui n’a pas dans son placard une paire de sneakers ? Elégantes, sportives, glamour, stylées, les baskets sont devenues au fil des années un objet culte, un accessoire de mode incontournable et même intergénérationelle ! Résumé d’une belle « success story ».

Conçues pour courir les terrains de sport

Spring Court, Puma, Asics, New Balance, Converse ou encore Adidas, toutes ses marques, reconnues internationalement aujourd’hui, ont vu le jour avant 1950. Leurs premiers modèles de baskets étaient destinés à servir un sport comme la course à pied, le tennis ou le basket. A cette époque, seuls les sportifs portaient des baskets.

 

A l’image du hip-hop américain

A New-York dans les années 70, dans le Bronx, les jeunes découvrent un nouveau mouvement culturel : le hip-hop. C’est le temps des graffitis, du rap et du nouvelle forme de danse : le breakdance. Ils s’entrainent dans la rue. Ils ont alors besoin de chaussures où ils se sentent bien pour pratiquer cette danse et les figures acrobatiques qu’elle impose. Les baskets propres, neuves, deviennent l’indispensable de la tenue du breakdanceur et même presque sa marque de fabrique.

 

Démocratisées grâce à une chanson

Oui, une chanson ! Et c’est le groupe culte du début des années 80, Run DMC, qui est à l’origine de ce mouvement. Ce groupe de rappeurs refuse la tenue de scène que veut leur imposer leur manager. Pour protester et surtout prendre en main leur image médiatique, ils arrivent sur scène habillés comme dans la rue avec des jeans baggy, portés très bas sur les fesses et surtout les baskets avec lesquelles ils dansent dans la rue : des Adidas. Ce style ne plait pas à tout le monde mais pour s’affirmer, Run DMC lance le tube « My Adidas » et là, c’est la révolution… et le début du streetwear. Les jeunes imitent leur look et surtout portent désormais des baskets dans toutes ses circonstances.

 

Au delà des frontières US

La marque Nike cherche un moyen aussi de se lancer dans le street wear. Michael Jordan est choisi pour être sponsorisé de la tête aux pieds par la marque. Le basketteur affiche son propre modèle de baskets : la Nike Air Jordan noir et rouge devient culte, tant et si bien qu’au fil du temps, cette basket devient même un objet de collection. C’est encore aujourd’hui le modèle de basket le plus vendu de l’histoire. Les filles voient alors apparaitre des collections femme, les sportifs sont sponsorisés par les plus grandes marques.

Aujourd’hui, les baskets se fondent littéralement dans la mode grâce à des partenariats inédits avec des chanteurs comme Pharrel Williams et la Supercolor d’Adidas au printemps dernier, mais aussi des collaborations avec des créateurs de mode reconnus ou d’autres qui lancent leur propre modèle comme Kenzo, Isabel Marant, Lanvin, Saint Laurent, Fendi, etc.

A vous de choisir quel modèle fera chavirer votre ado et surtout adoptez-vous vous aussi la « sneaker attitude » !

Par Sophie Perrot

 

Photo présentée : Minna Parikka 247 € chez SPARTOO.

Menu