Ils sont dans leur monde numérique, et nous ?

Laurence Bee, journaliste, auteur, conférencière

 

Internet, réseaux sociaux, jeux videos en ligne, apps, font partie du quotidien de nos enfants. Et nous, on se sent dépassé. Que faire pour ne pas se sentir à côté de la plaque ? Laurence Bee, journaliste, auteur et conférencière sur la culture numérique des adolescents répond à nos interrogations.

 

 

 

 

Comment définissez-vous le monde numérique de nos enfants ?

« Plutôt que de monde numérique, je préfère parler d’univers connecté. Il inclut les réseaux sociaux, internet, les jeux videos et autres activités de nos enfants et adolescents sur les tablettes et ordinateurs. Cet univers connecté fait partie de leur quotidien et leur offre une ouverture au monde incroyable et instantanée. La notion de viralité, diffusion, information et consultation ultra-rapide, prend tout son sens avec les réseaux sociaux. Et nos enfants adorent ça. »

Comment devons-nous réagir quand on se sent dépassé ?
« Comme des parents, on apprend. Par exemple, il se peut qu’avant d’avoir des enfants, on n’aimait pas cuisiner. Et quand les enfants sont là, on oublie que l’on n’aime pas forcément cuisiner et on prépare les repas pour leur donner à manger. Alors on apprend à cuisiner. Et bien, pour leur monde connecté, c’est la même chose. On s’adapte et on apprend. On ne peut pas dire que l’on n’a pas le temps ou que ça ne nous intéresse pas. C’est notre rôle de se renseigner sur ce qu’ils font, sur les règles de jeux, le mode d’emploi. Posez des questions à leurs amis, aux autres parents. Impliquez votre enfant, demandez-lui de vous expliquer comment ça marche, ce qu’il faut faire, etc. »

Faut-il interdire certaines utilisations, des jeux videos, des sites internet ?
« A vrai dire, interdire sert-il vraiment à quelque chose ? Qui vous dit que votre enfant ne va pas retrouver le jeu chez un autre copain ou qu’il n’ira pas naviguer ailleurs qu’à la maison sur internet. C’est à vous d’expliquer pourquoi à la maison vous préférer interdire tel ou tel jeu ou l’accès à certains sites internet. Plus on communique clairement et positivement, plus l’enfant est enclin à prendre ses responsabilités et à savoir de lui-même où sont les limites. A chaque fois qu’il se connecte, ne le laissez jamais seul naviguer sur Internet, même si ça ne vous intéresse pas ou que vous ne maitrisez pas. Restez à côté de lui, montrez-vous présent, toujours, même s’il a grandi. »

« Dialoguer, être présent, c’est la base »

Est-il nécessaire de limiter la durée d’utilisation des écrans ?
« Fonctionner avec des horaires à respecter, des règles hyper strictes, c’est dur. La durée d’utilisation dépend de chaque famille, de chaque enfant et de ses émotions par rapport à ce qu’il voit. Chacun doit faire en fonction de ses propres méthodes, de sa propre éducation… Il n’y aucune règle dans ce domaine à part de dire que l’utilisation doit être raisonnable. Pas d’excès, c’est tout ! C’est toujours une question de bon sens. »

Comment éviter que cela devienne une source de conflit ?
« Le numérique ne doit pas être une source de conflit ; c’est aussi et avant tout un moment de partage. Les enfants ont pour habitude de s’emparer de leur environnement mais ne le maitrisent pas forcément. Soyez là pour répondre à leurs questions. Aidez-les, par exemple, à faire le tri dans les résultats de recherche. Partagez vos propres recherches, impliquez-les. Soyez prescripteur des contenus et proposez-leur des sites. Parlez-en avec eux, coachez-les. Par exemple, préparez les vacances ensemble : cherchez un hébergement, faites des recherches sur une destination, consultez le site tripadvisor et décryptez ensemble ce qui est mis en ligne. Et n’oubliez pas que le numérique est aussi une aide au travail scolaire et autre, un moyen de maintenir le lien avec des personnes lointaines. Vous, les parents devez en prendre conscience de façon positive. Et dites-vous bien que les réseaux sociaux ne vont pas disparaitre demain ! »

Avez-vous d’autres astuces à nous conseiller ?
« Pensez à paramétrer vos outils de recherche directement sur votre ordinateur. N’oubliez pas qu’avec un simple mot comme « chat », les enfants peuvent tomber sur des sites non autorisés pour leur âge. Sur google chrome, allez sur la roue crantée et cochez une des fonctionnalités de cet outil de recherche appelée « safe search ». Sur Youtube, activez le mode restreint. Et ainsi de suite, chaque moteur de recherche a ses propres fonctionnalités. A vous de les activer pour limiter les recherches de votre enfant sur des sites non autorisés. Mais ces contenus autorisés ou non dépassent largement le cadre numérique. Tout dépend des limites que vous avez imposées à votre enfant dès son plus jeune âge : si la confiance est là, elle sera là dans tout ce qu’ils font. Le numérique s’insère alors très naturellement dans la vie quotidienne, comme le reste. »

A consulter
http://parents3point0.com/
http://seniors3point0.com
http://ados3point0.com.

Article précédent
2016, l’année des grands !
Article suivant
Envoyez des patates à messages !

Articles liés

Aucun résultat.

Laurence Bee, journaliste, auteur, conférencière

 

Internet, réseaux sociaux, jeux videos en ligne, apps, font partie du quotidien de nos enfants. Et nous, on se sent dépassé. Que faire pour ne pas se sentir à côté de la plaque ? Laurence Bee, journaliste, auteur et conférencière sur la culture numérique des adolescents répond à nos interrogations.

 

 

 

 

Comment définissez-vous le monde numérique de nos enfants ?

« Plutôt que de monde numérique, je préfère parler d’univers connecté. Il inclut les réseaux sociaux, internet, les jeux videos et autres activités de nos enfants et adolescents sur les tablettes et ordinateurs. Cet univers connecté fait partie de leur quotidien et leur offre une ouverture au monde incroyable et instantanée. La notion de viralité, diffusion, information et consultation ultra-rapide, prend tout son sens avec les réseaux sociaux. Et nos enfants adorent ça. »

Comment devons-nous réagir quand on se sent dépassé ?
« Comme des parents, on apprend. Par exemple, il se peut qu’avant d’avoir des enfants, on n’aimait pas cuisiner. Et quand les enfants sont là, on oublie que l’on n’aime pas forcément cuisiner et on prépare les repas pour leur donner à manger. Alors on apprend à cuisiner. Et bien, pour leur monde connecté, c’est la même chose. On s’adapte et on apprend. On ne peut pas dire que l’on n’a pas le temps ou que ça ne nous intéresse pas. C’est notre rôle de se renseigner sur ce qu’ils font, sur les règles de jeux, le mode d’emploi. Posez des questions à leurs amis, aux autres parents. Impliquez votre enfant, demandez-lui de vous expliquer comment ça marche, ce qu’il faut faire, etc. »

Faut-il interdire certaines utilisations, des jeux videos, des sites internet ?
« A vrai dire, interdire sert-il vraiment à quelque chose ? Qui vous dit que votre enfant ne va pas retrouver le jeu chez un autre copain ou qu’il n’ira pas naviguer ailleurs qu’à la maison sur internet. C’est à vous d’expliquer pourquoi à la maison vous préférer interdire tel ou tel jeu ou l’accès à certains sites internet. Plus on communique clairement et positivement, plus l’enfant est enclin à prendre ses responsabilités et à savoir de lui-même où sont les limites. A chaque fois qu’il se connecte, ne le laissez jamais seul naviguer sur Internet, même si ça ne vous intéresse pas ou que vous ne maitrisez pas. Restez à côté de lui, montrez-vous présent, toujours, même s’il a grandi. »

« Dialoguer, être présent, c’est la base »

Est-il nécessaire de limiter la durée d’utilisation des écrans ?
« Fonctionner avec des horaires à respecter, des règles hyper strictes, c’est dur. La durée d’utilisation dépend de chaque famille, de chaque enfant et de ses émotions par rapport à ce qu’il voit. Chacun doit faire en fonction de ses propres méthodes, de sa propre éducation… Il n’y aucune règle dans ce domaine à part de dire que l’utilisation doit être raisonnable. Pas d’excès, c’est tout ! C’est toujours une question de bon sens. »

Comment éviter que cela devienne une source de conflit ?
« Le numérique ne doit pas être une source de conflit ; c’est aussi et avant tout un moment de partage. Les enfants ont pour habitude de s’emparer de leur environnement mais ne le maitrisent pas forcément. Soyez là pour répondre à leurs questions. Aidez-les, par exemple, à faire le tri dans les résultats de recherche. Partagez vos propres recherches, impliquez-les. Soyez prescripteur des contenus et proposez-leur des sites. Parlez-en avec eux, coachez-les. Par exemple, préparez les vacances ensemble : cherchez un hébergement, faites des recherches sur une destination, consultez le site tripadvisor et décryptez ensemble ce qui est mis en ligne. Et n’oubliez pas que le numérique est aussi une aide au travail scolaire et autre, un moyen de maintenir le lien avec des personnes lointaines. Vous, les parents devez en prendre conscience de façon positive. Et dites-vous bien que les réseaux sociaux ne vont pas disparaitre demain ! »

Avez-vous d’autres astuces à nous conseiller ?
« Pensez à paramétrer vos outils de recherche directement sur votre ordinateur. N’oubliez pas qu’avec un simple mot comme « chat », les enfants peuvent tomber sur des sites non autorisés pour leur âge. Sur google chrome, allez sur la roue crantée et cochez une des fonctionnalités de cet outil de recherche appelée « safe search ». Sur Youtube, activez le mode restreint. Et ainsi de suite, chaque moteur de recherche a ses propres fonctionnalités. A vous de les activer pour limiter les recherches de votre enfant sur des sites non autorisés. Mais ces contenus autorisés ou non dépassent largement le cadre numérique. Tout dépend des limites que vous avez imposées à votre enfant dès son plus jeune âge : si la confiance est là, elle sera là dans tout ce qu’ils font. Le numérique s’insère alors très naturellement dans la vie quotidienne, comme le reste. »

A consulter
http://parents3point0.com/
http://seniors3point0.com
http://ados3point0.com.

Menu