Pourquoi veulent-ils tous se mettre « au snow » ?

Half Pipe, free style, indy, nose, boarder cross… rien qu’à ses mots, le visage de notre ado fan de glisse s’illumine. De notre côté, les interrogations sont encore nombreuses à propos de ce sport tantôt dénigré, tantôt « surkiffé ». Guillaume Pinier, moniteur ESF de snowboard, nous donne quelques conseils de pro qui rassurent autant qu’ils assurent… 😉

Pour qui ?

Dès 8 ans. Commencer avant est physiquement risqué pour l’enfant. La colonne vertébrale est en train de finir de se former et de se consolider entre 5 et 7 ans. Et il faut savoir que les chutes en snowboard sont souvent plus violentes, surtout quand on tombe en passant du frontside au backside (face à la piste ou dos à la piste). Attendre 1 ou 2 ans de plus permet à la colonne vertébrale d’être plus solide.

Apprendre le ski avant ?

Aucune obligation ! Beaucoup ont déjà des notions de ski mais ça ne changera rien à leur apprentissage. La seule vraie différence vient de ceux qui pratiquent déjà le « snake board ». Ils gagnent entre 8 et 10 h de cours car ils ont déjà compris les mouvements à adopter. Les « vrais » débutants doivent surtout apprendre à être patient : il faut 2 ou 3 jours pour arriver à se sentir à peu près à l’aise et supporter parfois de se relever de « grosses gamelles ». Mais rien de plus normal en phase d’apprentissage !

Commencer seul ?

Surtout pas ! Mauvaises techniques assurées. Les poignets, le dos, les chevilles et le bassin sont mis à l’épreuve au début de l’apprentissage. En cours, par exemple, on apprend les bons mouvements mais aussi ceux à adopter en cas de chute. La chute ne doit pas être stoppée… au contraire, le corps doit se laisser glisser. L’enfant doit apprendre à s’allonger vers les mains et à amortir avec les avant-bras.

A l’aise en combien d’heures ?

Après 8h ou 10h de cours, les sensations de glisse commencent à être ressenties. Evidemment, l’idéal est d’avoir la chance de prendre des cours pendant plusieurs années pour être au top. Mais si on ne peut pas, dites-vous bien que prendre même que 2 ou 3 cours, et c’est valable aussi pour le ski, peut suffire à se sentir bien et surtout à passer de meilleures vacances. Et vous, les adultes, c’est pareil pour vous ! Dès que vous ressentez un blocage, un manque de progression, c’est l’ennui assuré, voire même l’abandon du snow. Retrouvez de la motivation et du plaisir en reprenant 1 ou 2 leçons.

Du matériel indispensable ?

Le casque, bien sûr, à la bonne taille de préférence. Mais surtout des gants avec protections de poignets intégrées : c’est obligatoire pour les débutants et conseillés pour les experts. En boarder cross, mettre une dorsale. Sinon, pour ceux qu’ils le peuvent, adapter son matériel en fonction des conditions météo et des conditions de neige : une planche plus ou moins souple, des fixations plus ou moins rigides, etc.

Un dernier conseil ?

Regarder tout le temps la pente, l’état de la neige, les autres, la vitesse. Dans les snowparks, observer les autres, le dénivelé, les bosses avant de se lancer pour savoir où se réceptionner. Il y a des règles à respecter en snowboard, comme dans d’autres disciplines. Le snowboard est considéré comme un sport extrême alors il faut agir en conséquence pour maitriser et prendre plaisir à la glisse.

Propos recueillis par Sophie Perrot
Les disciples du snow board pour les plus aguerris(entre niveaux 2 et 4 ESF)

  • La plus connue : le half pipe

C’est la première discipline du free style qui a été inscrite aux Jeux Olympiques en 1998. Elle consiste à montrer entre 5 et 8 sauts différents en prenant de l’élan sur un « half pipe »ou un demi tuyau glacée. Les sauts peuvent atteindre 5 mètres de haut. C’est très spectaculaire.

  • La plus proche du skate board : le slopestyle

Des sauts, des slides, des 360°, des 190° réalisés dans des snowpark et des espaces aménagés avec des barres, des tremplins, des bosses, etc… Cette discipline est aux Jeux Olympiques depuis 2014.

  • La plus rapide : le boardercross

Depuis 2006 aux Jeux Olympiques, cette course avec 4 snowboarders en même temps, est rythmée par des virages et des sauts.

  • La plus ressemblante au ski : le slalom géant

Deux concurrents s’élancent en même temps sur la piste et doivent passer des piquets le plus rapidement possible.

Plus d’infosUne pro du snowboard cross a répondu à nos questions : Chloé Trespeuch, 21 ans, médaille de bronze aux JO 2014 à Sotchi en boarder crossVal thorens : le nouveau FunslopePremier du genre en France, le funslope est une drôle de descente rythmée de ponts, spirales, virages relevés ou encore tunnels en neige. Il y a même des effets sonores. Tout âge, débutant à confirmé, ski ou snowboard. Situé à côté du télésiège débrayage « 2 Lacs ». www.val-thorens.com

Les tops de la glisse

blue

blue

Top pratique : le sous-vêtement à 2 températures

Le côté lisse sur la peau quand on a un peu chaud ou le côté alvéolé quand on veut avoir très chaud, voilà un sous-vêtement intelligent super pratique pour s’équiper sur les pistes. Y’a plus qu’à se renseigner sur la météo du jour. 2Warm, 9,95 €, Wed’ze de Decathlon2 GIRL INSULATED CASIE JACKET 130euros- purple

Top tendance : l’ensemble couleur mauve et violet

Un ensemble technique, pratique et stylé aux couleurs très girly. Veste Girl Insulated Casie, 130 € et pantalon Snowquest Suspender, 90 €, The North Face

pull n'fit enfant decathlon

Top innovant : longueur de pantalon réglable

Fini les bas de pantalons de sport d’hiver qui trainent par terre : la longueur du pantalon Pull’N Fit est réglable. 29,95 €, Wed’ze chez Decathlon

.

Article précédent
Interview express d’une pro du snowboard cross
Article suivant
Des idées ‘So Music’ pour eux à Noël

Articles liés

Aucun résultat.

Half Pipe, free style, indy, nose, boarder cross… rien qu’à ses mots, le visage de notre ado fan de glisse s’illumine. De notre côté, les interrogations sont encore nombreuses à propos de ce sport tantôt dénigré, tantôt « surkiffé ». Guillaume Pinier, moniteur ESF de snowboard, nous donne quelques conseils de pro qui rassurent autant qu’ils assurent… 😉

Pour qui ?

Dès 8 ans. Commencer avant est physiquement risqué pour l’enfant. La colonne vertébrale est en train de finir de se former et de se consolider entre 5 et 7 ans. Et il faut savoir que les chutes en snowboard sont souvent plus violentes, surtout quand on tombe en passant du frontside au backside (face à la piste ou dos à la piste). Attendre 1 ou 2 ans de plus permet à la colonne vertébrale d’être plus solide.

Apprendre le ski avant ?

Aucune obligation ! Beaucoup ont déjà des notions de ski mais ça ne changera rien à leur apprentissage. La seule vraie différence vient de ceux qui pratiquent déjà le « snake board ». Ils gagnent entre 8 et 10 h de cours car ils ont déjà compris les mouvements à adopter. Les « vrais » débutants doivent surtout apprendre à être patient : il faut 2 ou 3 jours pour arriver à se sentir à peu près à l’aise et supporter parfois de se relever de « grosses gamelles ». Mais rien de plus normal en phase d’apprentissage !

Commencer seul ?

Surtout pas ! Mauvaises techniques assurées. Les poignets, le dos, les chevilles et le bassin sont mis à l’épreuve au début de l’apprentissage. En cours, par exemple, on apprend les bons mouvements mais aussi ceux à adopter en cas de chute. La chute ne doit pas être stoppée… au contraire, le corps doit se laisser glisser. L’enfant doit apprendre à s’allonger vers les mains et à amortir avec les avant-bras.

A l’aise en combien d’heures ?

Après 8h ou 10h de cours, les sensations de glisse commencent à être ressenties. Evidemment, l’idéal est d’avoir la chance de prendre des cours pendant plusieurs années pour être au top. Mais si on ne peut pas, dites-vous bien que prendre même que 2 ou 3 cours, et c’est valable aussi pour le ski, peut suffire à se sentir bien et surtout à passer de meilleures vacances. Et vous, les adultes, c’est pareil pour vous ! Dès que vous ressentez un blocage, un manque de progression, c’est l’ennui assuré, voire même l’abandon du snow. Retrouvez de la motivation et du plaisir en reprenant 1 ou 2 leçons.

Du matériel indispensable ?

Le casque, bien sûr, à la bonne taille de préférence. Mais surtout des gants avec protections de poignets intégrées : c’est obligatoire pour les débutants et conseillés pour les experts. En boarder cross, mettre une dorsale. Sinon, pour ceux qu’ils le peuvent, adapter son matériel en fonction des conditions météo et des conditions de neige : une planche plus ou moins souple, des fixations plus ou moins rigides, etc.

Un dernier conseil ?

Regarder tout le temps la pente, l’état de la neige, les autres, la vitesse. Dans les snowparks, observer les autres, le dénivelé, les bosses avant de se lancer pour savoir où se réceptionner. Il y a des règles à respecter en snowboard, comme dans d’autres disciplines. Le snowboard est considéré comme un sport extrême alors il faut agir en conséquence pour maitriser et prendre plaisir à la glisse.

Propos recueillis par Sophie Perrot
Les disciples du snow board pour les plus aguerris(entre niveaux 2 et 4 ESF)

  • La plus connue : le half pipe

C’est la première discipline du free style qui a été inscrite aux Jeux Olympiques en 1998. Elle consiste à montrer entre 5 et 8 sauts différents en prenant de l’élan sur un « half pipe »ou un demi tuyau glacée. Les sauts peuvent atteindre 5 mètres de haut. C’est très spectaculaire.

  • La plus proche du skate board : le slopestyle

Des sauts, des slides, des 360°, des 190° réalisés dans des snowpark et des espaces aménagés avec des barres, des tremplins, des bosses, etc… Cette discipline est aux Jeux Olympiques depuis 2014.

  • La plus rapide : le boardercross

Depuis 2006 aux Jeux Olympiques, cette course avec 4 snowboarders en même temps, est rythmée par des virages et des sauts.

  • La plus ressemblante au ski : le slalom géant

Deux concurrents s’élancent en même temps sur la piste et doivent passer des piquets le plus rapidement possible.

Plus d’infosUne pro du snowboard cross a répondu à nos questions : Chloé Trespeuch, 21 ans, médaille de bronze aux JO 2014 à Sotchi en boarder crossVal thorens : le nouveau FunslopePremier du genre en France, le funslope est une drôle de descente rythmée de ponts, spirales, virages relevés ou encore tunnels en neige. Il y a même des effets sonores. Tout âge, débutant à confirmé, ski ou snowboard. Situé à côté du télésiège débrayage « 2 Lacs ». www.val-thorens.com

Les tops de la glisse

blue

blue

Top pratique : le sous-vêtement à 2 températures

Le côté lisse sur la peau quand on a un peu chaud ou le côté alvéolé quand on veut avoir très chaud, voilà un sous-vêtement intelligent super pratique pour s’équiper sur les pistes. Y’a plus qu’à se renseigner sur la météo du jour. 2Warm, 9,95 €, Wed’ze de Decathlon2 GIRL INSULATED CASIE JACKET 130euros- purple

Top tendance : l’ensemble couleur mauve et violet

Un ensemble technique, pratique et stylé aux couleurs très girly. Veste Girl Insulated Casie, 130 € et pantalon Snowquest Suspender, 90 €, The North Face

pull n'fit enfant decathlon

Top innovant : longueur de pantalon réglable

Fini les bas de pantalons de sport d’hiver qui trainent par terre : la longueur du pantalon Pull’N Fit est réglable. 29,95 €, Wed’ze chez Decathlon

.

Menu