Interview express d’une pro du snowboard cross

« En snowboard cross, il faut être bon en tout et aimer la bataille »

Chloé Trespeuch, 21 ans, médaillée de bronze aux JO de Sotchi en 2014, nous a accordé une interview express pour nous prodiguer quelques conseils éclairés.

Ses débuts

« J’ai commencé le ski à 2 ans et à 6 ans, j’ai essayé le snowboard. C’est mon grand frère, Léo, qui m’a initié à ce sport. Depuis, il a même eu une carrière internationale avant moi. Quand on est petit, il faut juste respecter sa progression. Si on se sent à l’aise avec les virages, une certaine vitesse, on peut passer au niveau supérieur. Il faut toujours attendre de maîtriser et de se sentir bien avant d’augmenter les difficultés. C’est comme ça quand on progresse le mieux. »

 

La Française Chloé Trespeuch (au centre, casque blanc) a pris la médaille de bronze en snowboard cross aux JO de Sotchi dimanche lors de la finale disputée aussi par (de gauche à droite) l'Italienne Michela Moiolim, la Bulgare Alexandra Jekova, la Canadienne Dominique Maltais, médaille d'argent, la Tchèque Eva Samkova (en rouge), médaille d'or, et l'Américaine Faye Gulini. /Photo prise le 16 février 2014/REUTERS/Mike Blake

Son parcours

« En snowboard, dès que j’ai été un peu plus à l’aise, j’ai tout de suite apprécié les sauts et la vitesse. Et puis, je suis quelqu’un de tenace et j’adore la compétition. Ca a fait le reste et c’est indispensable pour réussir en compétition et surtout en snowboard cross. J’ai continué l’école en sport études et j’ai poursuivi ensuite en DUT avec un programme adapté. Quand on pratique un sport de haut niveau, il est important de toujours penser à l’avenir. De plus, le snowboard est un sport à risque et on est très exposé aux blessures. Il vaut mieux prévoir. L’emploi du temps est donc bien chargé quand on fait du sport à haut niveau et encore plus quand on en fait son métier. »

Son programme

« L’entrainement, c’est toute l’année ! En septembre, je suis partie 3 semaines en Argentine pour trouver la neige. Ensuite, je suis allée m’entrainer en Finlande et en Autriche. L’entrainement alterne 3 à 4 heures de snowboard par jour et de la préparation physique. La coupe du monde commence le 8 décembre et va se dérouler en 8 étapes. En janvier 2016, ce sont les X Games à Aspen. J’ai hâte ! »

Son avis

« Je conseille cette discipline du snowboard à tous ceux qui aiment l’adrénaline et la vitesse. Mais ce n’est pas que ça, il faut aimer être polyvalent : à l’aise dans les sauts, maitriser les virages relevés et ne pas avoir peur de tomber. En entrainement, il faut apprendre aussi à chuter pour ne pas se faire vraiment mal. Si vous aimez tout ça, foncez sans hésiter ! Cette discipline procure énormément de sensations. »

Propos recueillis par Sophie Perrot

5 conseils de pro pour débutants

  • Etre bien concentré quand on aborde un parcours de boardercross
  • Progresser en fonction de son niveau
  • Ne pas griller les étapes
  • Etre à 100 %
  • Et ne surtout pas oublier : prendre du plaisir !

.

Article précédent
Ils ont testé les nouveaux jeux de société
Article suivant
Pourquoi veulent-ils tous se mettre « au snow » ?

Articles liés

Aucun résultat.

« En snowboard cross, il faut être bon en tout et aimer la bataille »

Chloé Trespeuch, 21 ans, médaillée de bronze aux JO de Sotchi en 2014, nous a accordé une interview express pour nous prodiguer quelques conseils éclairés.

Ses débuts

« J’ai commencé le ski à 2 ans et à 6 ans, j’ai essayé le snowboard. C’est mon grand frère, Léo, qui m’a initié à ce sport. Depuis, il a même eu une carrière internationale avant moi. Quand on est petit, il faut juste respecter sa progression. Si on se sent à l’aise avec les virages, une certaine vitesse, on peut passer au niveau supérieur. Il faut toujours attendre de maîtriser et de se sentir bien avant d’augmenter les difficultés. C’est comme ça quand on progresse le mieux. »

 

La Française Chloé Trespeuch (au centre, casque blanc) a pris la médaille de bronze en snowboard cross aux JO de Sotchi dimanche lors de la finale disputée aussi par (de gauche à droite) l'Italienne Michela Moiolim, la Bulgare Alexandra Jekova, la Canadienne Dominique Maltais, médaille d'argent, la Tchèque Eva Samkova (en rouge), médaille d'or, et l'Américaine Faye Gulini. /Photo prise le 16 février 2014/REUTERS/Mike Blake

Son parcours

« En snowboard, dès que j’ai été un peu plus à l’aise, j’ai tout de suite apprécié les sauts et la vitesse. Et puis, je suis quelqu’un de tenace et j’adore la compétition. Ca a fait le reste et c’est indispensable pour réussir en compétition et surtout en snowboard cross. J’ai continué l’école en sport études et j’ai poursuivi ensuite en DUT avec un programme adapté. Quand on pratique un sport de haut niveau, il est important de toujours penser à l’avenir. De plus, le snowboard est un sport à risque et on est très exposé aux blessures. Il vaut mieux prévoir. L’emploi du temps est donc bien chargé quand on fait du sport à haut niveau et encore plus quand on en fait son métier. »

Son programme

« L’entrainement, c’est toute l’année ! En septembre, je suis partie 3 semaines en Argentine pour trouver la neige. Ensuite, je suis allée m’entrainer en Finlande et en Autriche. L’entrainement alterne 3 à 4 heures de snowboard par jour et de la préparation physique. La coupe du monde commence le 8 décembre et va se dérouler en 8 étapes. En janvier 2016, ce sont les X Games à Aspen. J’ai hâte ! »

Son avis

« Je conseille cette discipline du snowboard à tous ceux qui aiment l’adrénaline et la vitesse. Mais ce n’est pas que ça, il faut aimer être polyvalent : à l’aise dans les sauts, maitriser les virages relevés et ne pas avoir peur de tomber. En entrainement, il faut apprendre aussi à chuter pour ne pas se faire vraiment mal. Si vous aimez tout ça, foncez sans hésiter ! Cette discipline procure énormément de sensations. »

Propos recueillis par Sophie Perrot

5 conseils de pro pour débutants

  • Etre bien concentré quand on aborde un parcours de boardercross
  • Progresser en fonction de son niveau
  • Ne pas griller les étapes
  • Etre à 100 %
  • Et ne surtout pas oublier : prendre du plaisir !

.

Menu